Qualifications, savoirs, compétences

mardi 22 mars 2011
par  fsu.paca
popularité : 32%

La Compétence, les compétences … Comment s’y retrouver ?

Essai de synthèse sur une « question insoluble »

Compétence(s) du salarié, Compétences des élèves…
Des qualifications aux compétences ?
Des savoirs et connaissances aux compétences ?
Du livret de compétences au passeport orientation formation ?

Pourquoi une note sur la Compétence et les compétences ?

En savoir plus tout de suite ? : consultez la pièce jointe.

Introduction de la note

La « compétence », terme polysémique, notion qui se dérobe sans cesse à l’investigation théorique, semble être devenue un véritable témoin de notre époque.

Elle tend à se substituer à la qualification dans la sphère du travail dans un mouvement amorcé au milieu des années 80, à savoirs et connaissances dans le domaine éducatif, avec une accélération dans ce domaine depuis les années 2000, suite à la loi Fillon de 2005.

Dans le contexte de l’élaboration du CPRDF en Provence Alpes Côte d’Azur, il nous a semblé utile et même nécessaire de tenter une synthèse sur cette question.
Ce terme de compétences est en effet prégnant dans les entreprises en matière d’organisation du travail mais surtout de gestion de la main d’œuvre.
Présent dans les référentiels des diplômes de la formation professionnelle, la « compétence » tend à se généraliser au monde éducatif à partir des années 2000 sous l’effet conjugué de l’OCDE via les enquêtes PISA et des préconisations de l’Union Européenne. C’est le cas en France avec la Loi Fillon qui adopte le « socle commun des connaissances et compétences », qui institue le « Livret Personnel de compétences » destiné à évaluer pour chaque élève la maîtrise ou pas des compétences de la scolarité obligatoire, mis en place pour l’année scolaire 2010-2011.
Enfin, une compétence spécifique est particulièrement mise en avant tant dans le système scolaire qu’au niveau de la recherche de l’ « employabilité » des salariés : la « compétence à s’orienter ».

C’est ainsi que les travaux du CPRDF ont déjà plusieurs fois évoqué ces différents aspects : qualification ou compétence pour le salarié ? Compétence à s’orienter ? Livret de compétences, oui, mais lequel ? Il n’y a pas moins de deux livrets de compétences en cours au sein du système éducatif, trois si on inclut le passeport orientation formation mis en œuvre dans le cadre de la fameuse « compétence à s’orienter ». Comment s’y retrouver ?

Un premier essai de définition

Le mot, ancien, signifie à l’origine les attributions et les pouvoirs officiellement reconnus à une autorité publique. Par extension, la compétence est une connaissance approfondie, un savoir-faire reconnu qui confère le droit d’intervenir dans un domaine précis. Dans le langage commun, une personne compétente sur le plan professionnel réussit dans son travail : elle mérite confiance.
Sans doute pourrait-on trouver d’autres acceptions de ce terme.

En l’état, nous nous tiendrons à cette définition, relativement précise : la compétence est savoir mobiliser connaissances et qualités pour faire face à un problème. Elle est donc inséparable de l’action, et ne peut être mesurée que dans une situation donnée. Un salarié est compétent pour faire quelque chose, une tâche, une fonction : les compétences universelles n’existent pas.

D’une grande opacité sémantique, d’un usage inflationniste, elle est aujourd’hui le plus souvent associée à performance et efficacité. Elle est utilisée tant dans les entreprises que dans le système éducatif dans le cadre de conceptions libérales : elle est le produit de la prégnance de la théorie économique dominante du capital humain parmi les décideurs à tous les niveaux, national, européen, international au sein de l’OCDE.

Pourtant, la notion de compétence, et quelles que soient les difficultés conceptuelles et les dérives commises aujourd’hui en son nom, ne peut être simplement rejetée. Mais elle doit être remise à sa juste place, aux côtés et non à la place des qualifications, aux côtés et non à la place des connaissances.

Objectifs de cette note

Il nous a paru utile de tenter d’expliciter les principales utilisations de ce terme tout comme son succès depuis trente ans. Ce texte souhaite rassembler les problématiques existantes dans les trois dimensions principales de la compétence : compétences du salarié, compétences définis dans les diplômes professionnels, compétences désormais largement utilisées dans le domaine éducatif.

Le projet, quelque peu téméraire tant la bibliographie sur le sujet est abondante, se donne comme objectif de résumer de façon synthétique les enjeux autour des « compétences » dans les champs de la formation et de l’éducation, du travail et de l’emploi.

Il va sans dire qu’un choix a été effectué, en fonction de la posture d’un syndicalisme résolument aux côtés des salariés et de leurs droits, aux côtés des jeunes et de leur apprentissage, d’un syndicalisme qui agit au quotidien pour une société plus juste et solidaire, d’un syndicalisme qui a choisi résolument de tracer des voies alternatives aux choix actuels toujours présentés comme inéluctables, ce qu’ils ne sont nullement.

Il s’agit au fond dans cet essai d’expliciter et de rendre visible à tous ce qui aujourd’hui relève de l’imposition autoritaire d’une notion dans le champ éducatif et social dans sa version négative tant pour le salarié que pour le jeune en formation.
On essaiera aussi de tracer quelques pistes pour une toute autre utilisation des compétences.

En savoir plus : consultez la pièce jointe.



Documents joints

PDF - 405.5 ko
PDF - 405.5 ko

Campagne FSU

Pétition : Pour les salaires et l'emploi public

La Fonction Publique :  une charge ?  Non, une chance


Cliquez sur l'image pour accéder au questionnaire.

Publications

Journal Régional

POUR - Revue de la FSU

Pour 200